Jean qui rit et Jean qui grogne : la tendance a tourné sur les marchés

Le virus touche maintenant les marchés financiers. Ils semblaient immunisés si ce n'est vaccinés, mais ils se sont sévèrement rattrapés. Construire des hypothèses est loin d'être simple tant le ressenti prend le pas sur l'analyse, pour les questions sanitaires, comme pour les questions économiques. Jean qui voulait rire encore il y a dix jours sur les Bourses s'est mué en Jean qui pleure. Il y a bien des raisons, finalement d'opter pour l'une ou l'autre des positions.

Les Bourses chutent face aux incertitudes, qui sont des risques inconnus

L'épidémie est désormais avérée et n'est plus limitée à la Chine comme l'avait été celle du SRAS de 2002-2003. De façon qui paraît encore plutôt marginale, au-delà du foyer asiatique, des infections avérées touchent en particulier l'Europe, l'Amérique du Nord et le Proche Orient. La prudence des scientifiques est évidemment de bonne pratique, mais elle n'aide pas à rassurer et, d'une façon assez normale, les réactions des États limitent les échanges, les voyages, la consommation et même la production.
Les scénarios économiques se mettent en ligne avec l'incertitude sanitaire et les réactions – forcément violentes – des populations et, donc, des pouvoirs politiques. Le fameux principe de précaution, aussi absurde que destructeur, ne peut être appliqué en l'espèce : la volatilité et les excès (re)deviennent pour un temps les premiers marqueurs de l'action politique.
L'incertitude, c'est ce que les investisseurs craignent avant tout. Quand elle s'impose dans la gestion publique, au risque de bousculer au moins pour un temps la vie des agents économiques, entreprises, administrations et ménages, elle remet en cause tous les scénarios, toutes les grandes hypothèses.
La chute des actions asiatiques ou européennes et, peut-être surtout, américaines, obéit à ces réflexes face aux incertitudes, qui, finalement, sont des risques inconnus.


Les économistes sont plus sereins que les investisseurs

Cette baisse des marchés qui a tourné au bain de sang paraît excessive au regard des fondamentaux. On n'est peut-être pas pour le moment passé par le pic de panique des grandes corrections boursières, mais on se situe dans la séquence.

Les conséquences économiques effectives de l'épidémie ne sont évidemment pas connues et il faut reconnaître qu'en les relevant jour après jour, les conjoncturistes (y compris ceux des institutions internationales) ne font qu'entretenir le doute et même les craintes. Cependant, même pour la Chine, les estimations les plus pessimistes tablent sur une croissance d'au moins 4,5 % cette année. C'est nettement moins que les 5,8 % généralement envisagés il y a deux mois, mais on est loin d'hypothèses de récession. Pour les autres grandes zones, on se situe plus dans des ajustements que dans des fortes révisions à la baisse. Aux États-Unis, la fourchette 1,6 % -1,9 % n'est pas en cause, l'Europe serait 0,1 % à 0,2 % au-dessous des 1 % attendus en début d'année. Evidemment, le Japon sera plus touché, comme Taïwan et la Corée.
La sérénité des économistes qui contraste avec la nervosité des investisseurs est aussi portée par la situation conjoncturelle avant la pandémie. Les éléments de stabilisation enregistrés au début de l'année en Europe, aux États-Unis et en Chine permettent de partir plutôt de haut. Les indicateurs des enquêtes de conjoncture (Ifo allemand, Réserves Fédérales d'États de la côte est et du Texas) mettent en évidence une stabilisation plutôt en hausse et les indicateurs avancés des directeurs d'achat de février montrent une certaine résistance, même si, comme on pouvait l'attendre, la baisse est sévère au Japon. Les indices composites - qui incluent les services et le manufacturier - sont encore proches du niveau neutre de 50 aux États-Unis (49,6) et au-dessus en zone euro (51,6).
La possibilité du pire implique les excès à la baisse des marchés, mais cette possibilité n'est pour le moment pas constatée et le pire n'est jamais sûr.


Le traitement économique : encore plus d'injections monétaires … qui vont à terme porter la valorisation des actifs

Devant l'incertitude économique et, plus encore peut-être, devant les réactions sévères des marchés, les traitements énergiques sont déjà prescrits. Ces traitements, encore et toujours, c'est la politique monétaire qui va les exécuter. Quel que puisse être le problème, les autorités ne semblent pas savoir faire autre chose que pratiquer des injections de monnaie.
On peut reconnaître que la partie fiscale du mix politique ne peut pas être actionnée aussi vite et avec des conséquences aussi rapides. Cependant, la Banque Centrale Européenne et la Réserve Fédérale américaine, qui sont déjà largement à la manoeuvre dans leurs stratégies de soutien à l'économie et à l'inflation, se sont dites prêtes à agir plus encore face à un problème que Jerome Powell, le patron de la Fed a reconnu dans le langage des grands argentiers être « très sérieux ».
En Chine, la manoeuvre est relancée et la création de monnaie en marche : l'équivalent de 400 milliards de dollars affichés depuis un mois sous forme de prêts à moyen terme aux banques, s'ajoutant à une baisse du taux de refinancement. Le pouvoir vise en particulier, via la Banque Populaire de Chine, les entreprises de taille moyenne (celles qui ne sont pas directement ou indirectement gérées par le parti communiste). À Hong Kong, (7,5 millions d'habitants) le soutien à la consommation est puissant : une distribution de cash du type « hélicoptère money » de l'équivalent de 1.000 euros par tête est annoncée et les autorités du territoire vont, en sus, injecter 7 milliards dans le système bancaire. Au total, plus de 4 % du PIB est lâché.
Cette nouvelle médecine financière – soigner le mal de la dette par plus de dette – ne va pas avoir des effets différents de celles des dix dernières années. Le dynamisme économique est certes entretenu, mais l'inflation reste inexistante et ce n'est pas la chute de près de 20 % du baril de brent depuis le début de l'année qui pourra aider sur ce plan. La grande conséquence des politiques monétaires agressives et celle qui le sera à un moment pour les injections de monnaie anti-épidémie, c'est la valorisation des actifs.

Paradoxe : la crise du coronavirus a reconstitué une marge de hausse pour les actions

La violence de la baisse des marchés reflète donc l'incertitude sans vraie prise en compte des probabilités des scénarios du meilleur et du pire. Elle ne peut, bien sûr, être séparée de la très forte hausse des actions qui a précédé. L'appréciation des Bourses en 2019 s'est opérée avec un écart qui a été maintes fois noté, les indices ont gagné 25 à 30 % alors que les bénéfices des sociétés ont globalement stagné : c'est la baisse des taux d'intérêt et l'ensemble de la politique monétaire qui a provoqué la réévaluation des multiples de valorisation.
On se retrouve dans une situation particulière, puisque, finalement, la fuite vers la qualité et les anticipations des politiques des banques centrales ont ramené les rendement des emprunts d'État à 10 ans à - 0,50% en Allemagne ou - 0,20 % en France (qui avait été au-dessus de zéro jusqu'au 22 janvier), et à 1,37 % aux États-Unis contre plus de 1,9 % au début de l'année.
D'une façon paradoxale, la crise du coronavirus a reconstitué une marge pour que les actions retrouvent et même dépassent leurs niveaux records. Le constat ne vaut pas certitude et pas même forcément stratégie boursière. Deux questions peuvent casser ce potentiel ou simplement l'empêcher de se développer.


Les deux facteurs qui peuvent casser le potentiel des Bourses : la durée effective de l'épidémie, et, surtout, l'inévitable accélération de la démondialisation


Le premier est évidemment l'ampleur de l'épidémie, sa géographie, sa durée. Ce n'est que le temps qui permettra d'estimer la réalité sanitaire et, donc, ses conséquences directes sur les conjonctures.
Le second va être plus complexe encore à estimer : il s'agit de l'évolution du fonctionnement de l'économie mondiale. La globalisation a déjà trouvé des freins à la fois géopolitiques (avec la guerre commerciale), technologiques (un autre aspect de la guerre commerciale) et structurels (avec le rééquilibrage du modèle chinois et le rapatriement de productions dans les zones développées consommatrices). L'épidémie peut accélérer une démondialisation déjà en marche. Le gel – ou la forte baisse des échanges commerciaux – en attendant le traitement de la pandémie amène les uns et les autres à faire le point, à changer ses pratiques d'investissement et de consommation, à redéployer ses stratégies.
L'exemple des médicaments est à suivre. 40 % des médicaments (principes actifs) sont produits en Chine et 60 % en Asie en incluant l'Inde. Le risque de pénurie est aujourd'hui plutôt mesuré, mais cette dépendance va immanquablement amener les grands de la pharmacie aux États-Unis ou en Europe à investir pour restaurer une indépendance en la matière. Le secteur ne sera pas le seul et, un changement de signe est à attendre pour l'ensemble des activités d'import et d'export vis-à-vis des pays émergents et, surtout, de la Chine.
L'accélération de la démondialisation après le traitement du virus est une certitude. Son ampleur et sa répartition vont être une des grandes questions économiques et financières sur fond de soutien monétaire aux marchés encore renforcé.

GASPAL COURT TERME :
OPCVM de Trésorerie « flexible »

GASPAL COURT TERME est un OPC obligataire court terme de volatilité inférieure à 0,50%. Il investit dans des actifs de taux à court terme (maturité résiduelle des titres inférieure à 2 ans) : marché monétaire et obligations privées principalement "investment grade" (minimum BBB-), directement ou à travers des OPC.

FLEXIBLE ANNUEL :
OPCVM Obligataire Court Terme

FLEXIBLE ANNUEL est un OPC obligataire, essentiellement investi dans des produits de taux court-moyen terme et accessoirement, en actions et en OPC spécialisés en actions. Analyse "top down" de l'allocation stratégique et tactique.

GASPAL CONVERTIBLES :
OPCVM obligations convertibles ou assimilées zone Euro

L'OPC gère activement un portefeuille diversifié de valeurs mobilières constitué essentiellement d'obligations convertibles ou assimilées de la zone euro.

GASPAL PATRIMOINE :
OPCVM diversifié « patrimonial » gestion « flexible »

GASPAL PATRIMOINE est un OPC diversifié flexible de nature patrimoniale ayant pour objectif une performance asymétrique cherchant à bénéficier des hausses des marchés et à éviter les baisses en gérant activement l'exposition aux risques (actions, taux, crédit...) tels que décrit dans le prospectus de l'OPC et les reportings mensuels.

GASPAL EURO OPPORTUNITÉS :
OPCVM actions « situations spéciales » zone Euro, éligible au PEA

GASPAL EURO OPPORTUNITES repose sur une approche « stock picking » de sélection de valeurs grandes et moyennes capitalisations sous valorisées, susceptibles de bénéficier d’une évolution de leur capital (OPA, rachat du flottant…) ou d’une restructuration industrielle ou financière.

GASPAL CROISSANCE DIVIDENDES :
OPCVM actions rendement zone Euro, éligible au PEA (parts de capitalisation IC et RC, part de distribution RD)

GASPAL CROISSANCE DIVIDENDES repose sur une approche « bottom up » de sélection de valeurs offrant un rendement attrayant. Il cherche des valeurs à forts dividendes ainsi que des valeurs dont le dividende offre un bon potentiel de croissance à moyen et long terme.

INVESTISSEURS PROFESSIONNELS - MENTIONS LÉGALES GASPAL GESTION

PRÉAMBULE
Notre site internet présente des OPC dont la commercialisation est autorisée en France et éventuellement dans d’autres pays, avant de poursuivre sur notre site, merci de bien vouloir en prendre connaissance et de les accepter. Leur visualisation requiert l'acceptation de votre part des conditions exposées ci-dessous. Si vous n'acceptez pas ces conditions, nous vous invitons à ne pas accéder aux pages suivantes. La société de gestion ne saurait être tenue pour responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur ce site.

Vous êtes actuellement connecté au site : www.gaspalgestion.com, édité par GASPAL GESTION, société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF sous le n° GP 98-31.
Capital Social : 278 900 €
Siège social : 7 boulevard de la Madeleine 75001 PARIS
N° d’inscription du RCS : Paris 419 439 377
N° d’identification TVA : FR96419439377

CONDITIONS D’UTILISATION DU SITE
GASPAL GESTION ne saurait être tenu responsable des différentes informations financières et boursières contenues sur ce site.
GASPAL GESTION vous informe par ailleurs que le contenu ainsi que la présentation du site peuvent être modifiés à tout moment.
GASPAL GESTION porte à votre connaissance que les informations contenues dans ce site ne sauraient en aucun cas être constitutives d’une quelconque proposition contractuelle ni même revêtir les caractéristiques d’une simple offre ou proposition d’investissement dans l’un de nos supports d’investissements. L’investissement dans des produits peut entrainer un risque de perte en capital. Il revient à tout investisseur, préalablement à toute décision d’investissement, de vérifier auprès de ses conseils habituels que l’accès à nos produits lui est adapté et ne fait pas l’objet d’une restriction quelconque due à son statut juridique et ou qu’il n’est pas ressortissant d’un pays ou les lois interdisent ou réglementent l’accès à certains produits.
Ces renseignements figurent donc à but purement informatifs. Tout investissement dans les fonds GASPAL GESTION ne pourrait se faire qu’après avoir consulté au préalable le document d’information clef pour l’investisseur ainsi que les rapports annuels des fonds. Pour de plus amples informations merci de prendre contact avec Mr Christian GINOLHAC, cginolhac@gaspalfinance.com
Malgré l’attention portée par nos services au contenu de ce site, GASPAL GESTION ne saurait être tenue responsable d’une quelconque erreur, omission, imprécision ou information erronée figurant sur ce site.
Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La société de gestion ne saurait être tenue responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur ce site.

PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES
Conformément à la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, GASPAL GESTION vous informe que l’utilisateur de ce site bénéficie d’un droit d’accès, de rectification ou de suppression de ces données personnelles conformément à la loi « informatique et liberté » du 6 janvier 1978 Pour l’exercer, tout utilisateur peut s’adresser au gestionnaire de ce site par :
- Courrier : 7 Boulevard de la Madeleine - 75001 Paris
- Email : info@gaspalgestion.com

LIENS HYPERTEXTES ET VIRUS
L’utilisateur reconnait utiliser les différents logiciels de protection contre l’intrusion de virus, GASPAL GESTION ne saurait être tenu responsable de tout préjudice subis par l’utilisateur de ce site.
GASPAL GESTION ne saurait en outre être tenu responsable de l’utilisation de liens hypertextes qui pourraient figurer sur ce site.

DROITS D’AUTEURS ET PROPRIÉTÉS INTELLECTUELLES
GASPAL GESTION est propriétaire de l’ensemble des éléments constituant ce site (données, dessins, graphiques).
Toute reproduction, diffusion ou rediffusion de ce site qu’elle soit totale ou partielle sans le consentement express et préalable de GASPAL GESTION est interdite.

Vous devez cocher la case pour accepter et continuer
Je suis un Investisseur Professionnel en France et je reconnais et accepte pleinement cette clause de non-responsabilité ainsi que les Conditions générales et la Politique de confidentialité.

INVESTISSEURS NON PROFESSIONNELS - MENTIONS LÉGALES GASPAL GESTION

PRÉAMBULE
Notre site internet présente des OPC dont la commercialisation est autorisée en France et éventuellement dans d’autres pays. Avant de poursuivre sur notre site, merci de bien vouloir prendre connaissance de nos mentions légales et de les accepter. Leur visualisation requiert l'acceptation de votre part des conditions exposées ci-dessous. Si vous n'acceptez pas ces conditions, nous vous invitons à ne pas accéder aux pages suivantes. La société de gestion ne saurait être tenue pour responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur ce site.

Vous êtes actuellement connecté au site : www.gaspalgestion.com, édité par GASPAL GESTION, société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF sous le n° GP 98-31.
Capital Social : 278 900 €
Siège social : 7 boulevard de la Madeleine 75001 PARIS
N° d’inscription du RCS : Paris 419 439 377
N° d’identification TVA : FR96419439377

CONDITIONS D’UTILISATION DU SITE
GASPAL GESTION ne saurait être tenu responsable des différentes informations financières et boursières contenues sur ce site.
GASPAL GESTION vous informe par ailleurs que le contenu ainsi que la présentation du site peuvent être modifiés à tout moment.
GASPAL GESTION porte à votre connaissance que les informations contenues dans ce site ne sauraient en aucun cas être constitutives d’une quelconque proposition contractuelle ni même revêtir les caractéristiques d’une simple offre ou proposition d’investissement dans l’un de nos supports d’investissements. L’investissement dans des produits peut entrainer un risque de perte en capital. Il revient à tout investisseur, préalablement à toute décision d’investissement, de vérifier auprès de ses conseils habituels que l’accès à nos produits lui est adapté et ne fait pas l’objet d’une restriction quelconque due à son statut juridique et ou qu’il n’est pas ressortissant d’un pays ou les lois interdisent ou réglementent l’accès à certains produits.
Ces renseignements figurent donc à but purement informatifs. Tout investissement dans les fonds GASPAL GESTION ne pourrait se faire qu’après avoir consulté au préalable le document d’information clef pour l’investisseur ainsi que les rapports annuels des fonds. Pour de plus amples informations merci de prendre contact avec l'un des responsables de la Société.
info@gaspalgestion.com
Malgré l’attention portée par nos services au contenu de ce site, GASPAL GESTION ne saurait être tenue responsable d’une quelconque erreur, omission, imprécision ou information erronée figurant sur ce site.
Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La société de gestion ne saurait être tenue responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur ce site.

PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES

Conformément à la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, GASPAL GESTION vous informe que l’utilisateur de ce site bénéficie d’un droit d’accès, de rectification ou de suppression de ces données personnelles conformément à la loi « informatique et liberté » du 6 janvier 1978 Pour l’exercer, tout utilisateur peut s’adresser au gestionnaire de ce site par :
- Courrier : 7 Boulevard de la Madeleine - 75001 Paris
- Email : info@gaspalgestion.com

LIENS HYPERTEXTES ET VIRUS
L’utilisateur reconnait utiliser les différents logiciels de protection contre l’intrusion de virus, GASPAL GESTION ne saurait être tenu responsable de tout préjudice subis par l’utilisateur de ce site.
GASPAL GESTION ne saurait en outre être tenu responsable de l’utilisation de liens hypertextes qui pourraient figurer sur ce site.

DROITS D’AUTEURS ET PROPRIÉTÉS INTELLECTUELLES
GASPAL GESTION est propriétaire de l’ensemble des éléments constituant ce site (données, dessins, graphiques).
Toute reproduction, diffusion ou rediffusion de ce site qu’elle soit totale ou partielle sans le consentement express et préalable de GASPAL GESTION est interdite.

Vous devez cocher la case pour accepter et continuer
Je suis un Investisseur Non Professionnel en France et je reconnais et accepte pleinement cette clause de non-responsabilité ainsi que les Conditions générales et la Politique de confidentialité.