Euro de football : les projecteurs sur Londres

Euro. Pour le grand public, l'euro fait l'actualité : c'est ainsi qu'est baptisé le championnat d'Europe de football. C'est bien sûr un pied de nez de constater que la finale de ce championnat se disputera dimanche au stade de Wembley à Londres. La provocation va plus loin : elle va opposer l'Italie (pas vraiment une championne des critères de la monnaie unique) à l'Angleterre, détachée formellement de l'Union Européenne il y a près de 18 mois, le 31 janvier 2020.

Les spécialistes du sport au ballon rond relèvent que la dernière grande finale londonienne – que l'équipe d'Angleterre avait gagnée – remonte à la Coupe du Monde de ... 1966, six ans avant l'adhésion du Royaume-Uni à la Communauté Économique Européenne.

Au-delà de la chronique sportive et des aléas du spectacle, les projecteurs sont aussi braqués sur la situation économique britannique, un an et demi après la rupture.

 

Les économies européennes ont été discriminées en 2020 par la Covid plus que par le Brexit

On ne mentionnera que pour la forme les excès de la campagne électorale du référendum de 2016. Les partisans du Brexit comme ceux du Remain n'avaient pas fait dans la nuance, pour promettre le meilleur en cas de succès de leur camp et, surtout, le pire en cas de choix inverse. On doit bien sûr faire grâce de rappels qui pourraient être pénibles.

Les scénarios ont été bousculés par la crise sanitaire. Cela ne doit pas empêcher le constat qui n'est bien sûr pas conforme aux promesses les plus optimistes des gagnants de mai 2016, mais qui, surtout, ne reflète pas les scénarios apocalyptiques des europhiles britanniques et des institutions politiques, économiques et financières.

La récession du Royaume-Uni en 2020 a approché 10 %. C'est sensiblement plus que la moyenne de la zone euro (6,7 %), mais moins que l'Espagne (10,8 %), pas beaucoup plus que l'Italie ou la France (8,9 % et 8,1 %). L'Allemagne affiche un chiffre moins mauvais (4,9 %). La performance britannique est plus la conséquence du déroulé de l'épidémie que celle du Brexit

 

La croissance est installée au-dessus de celle du continent cette année et l'année prochaine

Le décalage s'est confirmé au 1er semestre de cette année (dans l'autre sens) avec une amélioration plus rapide que sur le continent. Pour l'ensemble de l'année l'économie britannique vise le haut d'une fourchette 5,5 - 6 %, un demi-point de plus que la France et 2 % de plus que la zone euro. Les projections 2022 dans des hypothèses d'une situation sanitaire durablement restaurée, fixent un objectif compris entre 5 % et 5,5%, un point au-dessus de celui de la zone euro, de la France ou de l'Allemagne. Sur ce plan encore, la Covid pèse plus que le Brexit. Le marché des changes peut donner un point de vue plus pragmatique que les comparaisons macroéconomiques.

On ne peut que noter que, depuis la fin juin 2016, au lendemain du référendum, la livre sterling reste au final plutôt stable face à l'euro. La progression sur trois ans est simplement le reflet de la hausse de 4 % depuis le début de l'année, justifiée par la conjoncture favorisée par les vaccinations.

Les performances boursières ne sont pas aussi directement comparables, ne serait-ce qu'en raison de la composition des indices, en particulier le FT-100 fortement exposé aux matières premières. Des indices larges mettent en évidence un retard de performance par rapport aux marchés continentaux de l'ordre de 10 % sur trois ans malgré le rebond plus vif depuis le point bas du printemps 2020.

 

Une politique sanitaire indépendante, des politiques budgétaires et monétaires dans la norme

La politique sanitaire a été menée sur un tempo et même sur une philosophie marquée par l'indépendance. Plus affectée, plus contrainte, puis beaucoup plus vaccinée, la Grande-Bretagne présente un bilan sur ce point que le gouvernement Johnson a su jouer pour sa popularité et, surtout sans doute, pour soutenir le moral des agents économiques, celui des consommateurs et le climat des affaires. Le Royaume-Uni se présente aujourd'hui comme le laboratoire pour juger des variants du virus, de leurs menaces et de l'efficacité des stratégies, en premier lieu la vaccination massive. Au-delà de mesures de précaution prises par le gouvernement, l'environnement reste porteur pour l'économie et valide les scénarios.

Parmi ces scénarios, celui de la Banque d'Angleterre. Si la gestion sanitaire a été particulière, les budgets et la monnaie ont été gérés dans la ligne de la Réserve Fédérale, suivie par les grands pays et, en particulier l'Union Européenne. En toute indépendance évidemment, le cabinet a suivi les médications économiques mondiales. Les entreprises et les ménages ont été massivement soutenus tout au long de l'épidémie. Les régimes de chômage technique ont sauvegardé le marché de l'emploi et le fameux « Coronavirus Job Retention Scheme » est prolongé au moins jusqu'à l'automne.

Toujours en toute indépendance évidemment, la BoE a utilisé, comme ses homologues, les outils d'achats d'actifs, de lignes de crédit et de baisse des taux directeurs. La gestion monétaire met même en évidence le calendrier avancé de l'économie britannique puisque la BoE a diminué de 20% ses achats d'actifs hebdomadaires et programme déjà la réduction de son bilan pour l'année prochaine, avec une perspective de hausse des taux à échéance 18 mois.

 

Pas de ralentissement des investissements industriels européens et l'émigration des professionnels de la finance reste contenue

Le Brexit redistribue les cartes. Mais les dégâts ne sont pas ceux qui étaient craints ou annoncés. Face aux pays de l'Union Européenne, le Royaume-Uni est trop puissant pour faire l'objet de vraies sanctions : les imbrications empêchent une révolution.

On peut le constater avec les investissements dans les domaines de l'automobile ou de l'aéronautique, des industries qui fonctionnent avec des équipementiers multiples et qui, aujourd'hui, sont loin de marginaliser les britanniques. Nissan ou Stellantis sont des exemples, qui ne sont pas uniques.

La question de la finance est différente. Son poids économique est estimé à 7 % du PIB britannique (avec un peu moins de 5 % des emplois). La contribution représente la moitié de celle de l'industrie manufacturière. Les chiffres sont à prendre avec précaution, mais les anglais affirment que moins de 3 % des 450.00 emplois de la finance ont été délocalisés vers Paris, Francfort et Amsterdam. La proportion est sans doute nettement supérieure et elle l'est en tous cas pour l'évolution des flux. Mais il n'y a pas de constat d'émigration massive.

Faire confiance au dynamisme des professionnels a été le choix de Boris Johnson qui a semblé préférer s'accrocher avec la négociateurs de Bruxelles sur la question de la pêche, marginale en termes économique (0,1% du PIB). Les faits valident pour le moment ce choix paradoxal.

 

Les freins mis à l'ouverture du marché unique se restreindront avec le temps par un « accord à la Suisse »

Au bilan, si les promesses du Brexit ne sont évidement pas toutes au rendez-vous, les positions respectives du Continent et des Îles ne sont pas profondément modifiées. Le Royaume-Uni s'est toutefois déjà engagé sur une stratégie nouvelle et autonome, basée sur plus d'interventionnisme, des politiques salariales plus protectionnistes et plus redistributives, une gestion fiscale et budgétaire adaptée à ses seuls intérêts de court, de moyen et de long terme. Ses plans de soutien n'ont rien à envier au programme de l'UE.

Les relations commerciales post-épidémie vont devoir trouver un terrain d'appui et, en premier lieu avec l'Union Européenne. Il est établi désormais que, pour les européens du continent, le Royaume-Uni est trop gros pour être intégré sans contrepartie, mais aussi trop gros pour être ignoré.

Les freins mis par l'accord de Brexit pour l'exportation de services – sinon de produits manufacturés pour lesquels ils paraissent aujourd'hui illusoires – semblent condamnés à se limiter peu à peu face à la nécessité de croissance des deux cotés de la Manche. C'est la finance qui va donner le ton et, sur ce plan, les positions mondiales et la compétence, même si il faut relativiser les prétentions de la City, laissent envisager une nouvelle répartition, mais pas une cassure.


La question politique la plus sévère est encore et toujours l'Irlande. Un accord temporaire a mis fin pour le moment à la « guerre de la saucisse », mais le bras de fer va durer un moment. L'imposition des normes bruxelloises dans des échanges internes (Grande-Bretagne – Ulster) ne pourra pas facilement déboucher sur un accord de moyen terme alors que la reconstruction d'une frontière en Irlande est exclue par toutes les parties en cause. Quelles que puissent être les négociations, il faudra pourtant à un moment que les fonctionnaires de Bruxelles reconnaissent des normes britanniques et que leurs homologues donnent certains gages pour s'inscrire dans les leurs.


Cet « accord à la Suisse » s'imposera sans doute. Il consacrera finalement, malgré pas mal de points de frictions, le choix de l'indépendance britannique en lui permettant toutefois de profiter assez largement du marché ouvert.

La décote boursière du Brexit va vite se réduire

C'est précisément ce que les négociateurs du Brexit avaient comme mission d'éviter : qu'un sortant de l'UE conserve des avantages en s'exonérant de contraintes. Le cas britannique n'est évidement pas extrapolable et on ne voit guère que l'Allemagne, la France ou l'Italie qui pourraient bénéficier d'une position de force équilibrant les négociations.

Cinq ans après le référendum, dix-huit mois après la rupture effective, à la période de blocages et d'incertitudes semble succéder une ère de relations normalisées et, pour le Royaume-Uni, de cycles basés sur les stratégies nationales de hausse de la croissance potentielle.

L'amélioration des perspectives y est plus vive que dans les autres économies et les analyses et annonces de la Banque d'Angleterre en sont un témoignage parlant. La prime de risque du Brexit devrait logiquement se réduire assez rapidement. La Grande Bretagne (et l'Irlande du Nord) se présentent comme un pôle de croissance de court et moyen terme au sein de l'Europe. La Bourse dégage des multiples qui marquent encore la décote politique, sans doute la devise aussi.

L'objet de cette chronique n'est pas de donner un pronostic pour le match de football de dimanche (l'Angleterre est favorite chez les bookmakers à la cote de 8/10), mais la réduction de la décote politique subsistante de la Bourse est de nature à relever sensiblement l'exposition de portefeuilles aux actions britanniques.

GASPAL COURT TERME :
OPCVM de Trésorerie « flexible »

GASPAL COURT TERME est un OPC obligataire court terme de volatilité inférieure à 0,50%. Il investit dans des actifs de taux à court terme (maturité résiduelle des titres inférieure à 2 ans) : marché monétaire et obligations privées principalement "investment grade" (minimum BBB-), directement ou à travers des OPC.

GASPAL OBLIG 1-4

Gaspal Oblig 1-4 est un OPC obligataire moyen terme avec une sensibilité taux comprise entre 1 et 4. Il investit dans des titres de créances d’émetteurs privés et publics, ainsi que des titres du secteur financier. Analyse « top down » de l’allocation stratégique et tactique. Approche « bottom up » pour la sélection des titres.

FLEXIBLE ANNUEL :
OPCVM Obligataire Court Terme

FLEXIBLE ANNUEL est un OPC obligataire, essentiellement investi dans des produits de taux court-moyen terme et accessoirement, en actions et en OPC spécialisés en actions. Analyse "top down" de l'allocation stratégique et tactique.

GASPAL CONVERTIBLES :
OPCVM obligations convertibles ou assimilées zone Euro

L'OPC gère activement un portefeuille diversifié de valeurs mobilières constitué essentiellement d'obligations convertibles ou assimilées de la zone euro.

GASPAL PATRIMOINE :
OPCVM diversifié « patrimonial » gestion « flexible »

GASPAL PATRIMOINE est un OPC diversifié flexible de nature patrimoniale ayant pour objectif une performance asymétrique cherchant à bénéficier des hausses des marchés et à éviter les baisses en gérant activement l'exposition aux risques (actions, taux, crédit...) tels que décrit dans le prospectus de l'OPC et les reportings mensuels.

GASPAL EURO OPPORTUNITÉS :
OPCVM actions « situations spéciales » zone Euro, éligible au PEA

GASPAL EURO OPPORTUNITES repose sur une approche « stock picking » de sélection de valeurs grandes et moyennes capitalisations sous valorisées, susceptibles de bénéficier d’une évolution de leur capital (OPA, rachat du flottant…) ou d’une restructuration industrielle ou financière.

GASPAL CROISSANCE DIVIDENDES :
OPCVM actions rendement zone Euro, éligible au PEA (parts de capitalisation IC et RC, part de distribution RD)

GASPAL CROISSANCE DIVIDENDES repose sur une approche « bottom up » de sélection de valeurs offrant un rendement attrayant. Il cherche des valeurs à forts dividendes ainsi que des valeurs dont le dividende offre un bon potentiel de croissance à moyen et long terme.

INVESTISSEURS PROFESSIONNELS - MENTIONS LÉGALES GASPAL GESTION

PRÉAMBULE
Notre site internet présente des OPC dont la commercialisation est autorisée en France et éventuellement dans d’autres pays, avant de poursuivre sur notre site, merci de bien vouloir en prendre connaissance et de les accepter. Leur visualisation requiert l'acceptation de votre part des conditions exposées ci-dessous. Si vous n'acceptez pas ces conditions, nous vous invitons à ne pas accéder aux pages suivantes. La société de gestion ne saurait être tenue pour responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur ce site.

Vous êtes actuellement connecté au site : www.gaspalgestion.com, édité par GASPAL GESTION, société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF sous le n° GP 98-31.
Capital Social : 278 900 €
Siège social : 7 boulevard de la Madeleine 75001 PARIS
N° d’inscription du RCS : Paris 419 439 377
N° d’identification TVA : FR96419439377

CONDITIONS D’UTILISATION DU SITE
GASPAL GESTION ne saurait être tenu responsable des différentes informations financières et boursières contenues sur ce site.
GASPAL GESTION vous informe par ailleurs que le contenu ainsi que la présentation du site peuvent être modifiés à tout moment.
GASPAL GESTION porte à votre connaissance que les informations contenues dans ce site ne sauraient en aucun cas être constitutives d’une quelconque proposition contractuelle ni même revêtir les caractéristiques d’une simple offre ou proposition d’investissement dans l’un de nos supports d’investissements. L’investissement dans des produits peut entrainer un risque de perte en capital. Il revient à tout investisseur, préalablement à toute décision d’investissement, de vérifier auprès de ses conseils habituels que l’accès à nos produits lui est adapté et ne fait pas l’objet d’une restriction quelconque due à son statut juridique et ou qu’il n’est pas ressortissant d’un pays ou les lois interdisent ou réglementent l’accès à certains produits.
Ces renseignements figurent donc à but purement informatifs. Tout investissement dans les fonds GASPAL GESTION ne pourrait se faire qu’après avoir consulté au préalable le document d’information clef pour l’investisseur ainsi que les rapports annuels des fonds. Pour de plus amples informations merci de prendre contact avec Mr Christian GINOLHAC, cginolhac@gaspalfinance.com
Malgré l’attention portée par nos services au contenu de ce site, GASPAL GESTION ne saurait être tenue responsable d’une quelconque erreur, omission, imprécision ou information erronée figurant sur ce site.
Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La société de gestion ne saurait être tenue responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur ce site.

PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES
Conformément à la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, GASPAL GESTION vous informe que l’utilisateur de ce site bénéficie d’un droit d’accès, de rectification ou de suppression de ces données personnelles conformément à la loi « informatique et liberté » du 6 janvier 1978 Pour l’exercer, tout utilisateur peut s’adresser au gestionnaire de ce site par :
- Courrier : 7 Boulevard de la Madeleine - 75001 Paris
- Email : info@gaspalgestion.com

LIENS HYPERTEXTES ET VIRUS
L’utilisateur reconnait utiliser les différents logiciels de protection contre l’intrusion de virus, GASPAL GESTION ne saurait être tenu responsable de tout préjudice subis par l’utilisateur de ce site.
GASPAL GESTION ne saurait en outre être tenu responsable de l’utilisation de liens hypertextes qui pourraient figurer sur ce site.

DROITS D’AUTEURS ET PROPRIÉTÉS INTELLECTUELLES
GASPAL GESTION est propriétaire de l’ensemble des éléments constituant ce site (données, dessins, graphiques).
Toute reproduction, diffusion ou rediffusion de ce site qu’elle soit totale ou partielle sans le consentement express et préalable de GASPAL GESTION est interdite.

Vous devez cocher la case pour accepter et continuer
Je suis un Investisseur Professionnel en France et je reconnais et accepte pleinement cette clause de non-responsabilité ainsi que les Conditions générales et la Politique de confidentialité.

INVESTISSEURS NON PROFESSIONNELS - MENTIONS LÉGALES GASPAL GESTION

PRÉAMBULE
Notre site internet présente des OPC dont la commercialisation est autorisée en France et éventuellement dans d’autres pays. Avant de poursuivre sur notre site, merci de bien vouloir prendre connaissance de nos mentions légales et de les accepter. Leur visualisation requiert l'acceptation de votre part des conditions exposées ci-dessous. Si vous n'acceptez pas ces conditions, nous vous invitons à ne pas accéder aux pages suivantes. La société de gestion ne saurait être tenue pour responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur ce site.

Vous êtes actuellement connecté au site : www.gaspalgestion.com, édité par GASPAL GESTION, société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF sous le n° GP 98-31.
Capital Social : 278 900 €
Siège social : 7 boulevard de la Madeleine 75001 PARIS
N° d’inscription du RCS : Paris 419 439 377
N° d’identification TVA : FR96419439377

CONDITIONS D’UTILISATION DU SITE
GASPAL GESTION ne saurait être tenu responsable des différentes informations financières et boursières contenues sur ce site.
GASPAL GESTION vous informe par ailleurs que le contenu ainsi que la présentation du site peuvent être modifiés à tout moment.
GASPAL GESTION porte à votre connaissance que les informations contenues dans ce site ne sauraient en aucun cas être constitutives d’une quelconque proposition contractuelle ni même revêtir les caractéristiques d’une simple offre ou proposition d’investissement dans l’un de nos supports d’investissements. L’investissement dans des produits peut entrainer un risque de perte en capital. Il revient à tout investisseur, préalablement à toute décision d’investissement, de vérifier auprès de ses conseils habituels que l’accès à nos produits lui est adapté et ne fait pas l’objet d’une restriction quelconque due à son statut juridique et ou qu’il n’est pas ressortissant d’un pays ou les lois interdisent ou réglementent l’accès à certains produits.
Ces renseignements figurent donc à but purement informatifs. Tout investissement dans les fonds GASPAL GESTION ne pourrait se faire qu’après avoir consulté au préalable le document d’information clef pour l’investisseur ainsi que les rapports annuels des fonds. Pour de plus amples informations merci de prendre contact avec l'un des responsables de la Société.
info@gaspalgestion.com
Malgré l’attention portée par nos services au contenu de ce site, GASPAL GESTION ne saurait être tenue responsable d’une quelconque erreur, omission, imprécision ou information erronée figurant sur ce site.
Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La société de gestion ne saurait être tenue responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues sur ce site.

PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES

Conformément à la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, GASPAL GESTION vous informe que l’utilisateur de ce site bénéficie d’un droit d’accès, de rectification ou de suppression de ces données personnelles conformément à la loi « informatique et liberté » du 6 janvier 1978 Pour l’exercer, tout utilisateur peut s’adresser au gestionnaire de ce site par :
- Courrier : 7 Boulevard de la Madeleine - 75001 Paris
- Email : info@gaspalgestion.com

LIENS HYPERTEXTES ET VIRUS
L’utilisateur reconnait utiliser les différents logiciels de protection contre l’intrusion de virus, GASPAL GESTION ne saurait être tenu responsable de tout préjudice subis par l’utilisateur de ce site.
GASPAL GESTION ne saurait en outre être tenu responsable de l’utilisation de liens hypertextes qui pourraient figurer sur ce site.

DROITS D’AUTEURS ET PROPRIÉTÉS INTELLECTUELLES
GASPAL GESTION est propriétaire de l’ensemble des éléments constituant ce site (données, dessins, graphiques).
Toute reproduction, diffusion ou rediffusion de ce site qu’elle soit totale ou partielle sans le consentement express et préalable de GASPAL GESTION est interdite.

Vous devez cocher la case pour accepter et continuer
Je suis un Investisseur Non Professionnel en France et je reconnais et accepte pleinement cette clause de non-responsabilité ainsi que les Conditions générales et la Politique de confidentialité.